Le Printemps Marseillais alerte la Préfecture sur les risques de fraude

Partagez

Communiqué de presse – jeudi 12 mars 2020

Ce matin, Michèle Rubirola, Benoît Payan et Jean-Marc Coppola ont été reçus par le cabinet du Préfet à la demande du Printemps Marseillais pour exprimer leur inquiétude sur le climat délétère de la campagne et l’élection municipale à Marseille. À la sortie de ce rendez-vous, les 8 têtes de liste étaient réunies devant la Préfecture pour réclamer des mesures pour la bonne tenue du scrutin.

Les incidents de la campagne

Le Printemps Marseillais constate que certains candidats tentent d’entraver le processus électoral : Non respect de l’affichage réglementaire, affichage et tracts diffamants anonymes, militants bousculés, candidats insultés, des pratiques qui pourraient faire l’objet des poursuites judiciaires. La Préfecture nous a assuré être informée et qu’elle fera un rappel au maire de Marseille et aux candidats quelles sont les règles à respecter.

“Nous avons rappelé que Marseille c’est encore et toujours la France et que Marseille ne doit pas en dehors de la légalité d’une élection.” a déclaré Benoît Payan, porte-parole du Printemps Marseillais.

Garantir la bonne tenue du vote

Le Printemps Marseillais préfère prévenir que guérir. Ces infractions ont lieu car elles sont très peu suivi d’effets. C’est pourquoi nous interpellons le préfet afin de faire respecter à Marseille la démocratie. Nous en prenons à témoin les médias. Nous ne supporterons pas que cette élection soit volée aux Marseillais, les enjeux sont trop importants pour notre ville.

Les derniers jours de cette campagne montre une volonté de déstabilisation loin des débats de fond sur le projet pour Marseille. Cette escalade nous inquiète et ne doit pas conduire à des incidents dramatiques ou des fraudes qui mettraient en doute le résultat du scrutin.

“Nous ne faisons pas confiance à cette municipalité. Nous sommes en France, en démocratie et pourtant nous nous inquiétons de la manière dont va se dérouler ce vote. Tous les voyants sont au rouge. Le système en place panique.” a déclaré Benoit Payan, porte-parole du Printemps Marseillais et tête de liste dans les 2ème et 3ème arrondissements.

“Les Marseillais ont la clé pour rompre avec ce système. Cependant tout le monde doit pouvoir voter en toute indépendance et en toute liberté.” a conclu Jean-Marc Coppola, tête de liste dans les 15ème et 16ème arrondissements.

Partagez

Suivez l'actualité de la campagne

Vous souhaitez être informé de l'avancement de notre campagne, des événements et des actions organisés par le Printemps Marseillais, inscrivez vous à notre newsletter.

Si ce n'est pas déjà fait ... Engagez-vous !