Réponse de Michèle RUBIROLA
Candidate tête de liste du Printemps Marseillais
Au questionnaire de l’association « 60 millions de piétons » adressé aux candidats aux élections
municipales de Marseille 2020
 

A Marseille, la circulation des piétons est parfois impossible et dans beaucoup de cas dangereuse :

  • Trottoirs exigus, voire absence de chemins réservés aux piétons !
  • Cohabitation avec des véhicules, à la conduite parfois risquée et pour certains polluants !
  • Défauts de signalisation à de nombreux endroits !
  • Seulement 15% des stations de métro accessibles aux personnes à mobilité réduite !

Cette situation n’est plus tenable ! Le Printemps Marseillais s’engage à mener une politique ambitieuse pour favoriser et sécuriser la mobilité de l’ensemble des piétons :

 

Agir sur l’éducation & la communication auprès des habitants en :

    1. Menant progressivement des campagnes de sensibilisation autour du respect de la réglementation, de la gêne occasionnée aux plus fragiles, de l’impact économique, social et environnemental mais aussi sur la santé publique et aux risques d’accidents liés à l’incivisme de certains automobilistes ;
    2. Informant sur la caducité, depuis 2006, des arrêtés municipaux en matière de stationnement sur trottoir (y compris « à cheval » sur trottoir) et la nécessité de faire plus de place au déplacement à pied des personnes les plus fragiles.

 

Faire évoluer le cadre réglementaire pour :

    1. Favoriser une réglementation graduée et adaptée afin d’aider les habitants à prendre conscience de la nécessité d’une circulation automobile raisonnable et apaisée tout en prenant en compte les besoins de mobilité liés à des nécessités communes (services de secours et de police – ambulances, pompiers, police…-, services de la mairie, services de livraisons…) ;
    2. Augmenter la verbalisation, mais également l’enlèvement systématique des voitures et deux-roues qui stationnent de façon dangereuse ou gênante ;
    3. Faire respecter les arrêtés municipaux d’occupation de l’espace public (emplacements pour les étals, marchés et autres terrasses de café-restaurant, provisoires ou permanentes).

 

Réorganiser l’espace des axes de circulation en :

    1. Transformant des places de stationnement pour automobile en places de stationnement pour les deux-roues motorisés et en places dédiées aux vélos, notamment à l’approche des carrefours comme l’impose désormais la réglementation ;
    2. Reconsidérant certains emplacements et espaces publics pour donner la priorité à la sécurité et à la fluidité des piétons.

 

Augmenter les moyens de la Mairie pour faire respecter l’ordre en :

    1. Réaffectant, au moins transitoirement, les effectifs des forces de l’ordre et des fourrières municipales, pour intensifier les contrôles et la verbalisation du stationnement payant et pour faire respecter l’objectif de la Métropole de supprimer progressivement le stationnement autorisé sur trottoir, y compris à proximité des pôles d’échanges multimodaux. Cette mesure concerne également différents espaces publics, considérés en tout ou partie comme des parkings lorsque la largeur le permet, qui seront réaménagés, si cela, bien sûr, n’est pas contradiction avec la réalisation d’aménagements cyclables ou en faveur des transports en commun.

 

Ces mesures en faveur des piétons doivent être intégrées dans un véritable plan stratégique global autour de la mobilité visant à :

  • Promouvoir la mobilité douce ;
  • Densifier l’offre et la performance des transports publics (augmentation de la fréquence, amélioration de la qualité…) ;
  • Développer un service complet et structuré d’autopartage (mise à disposition de véhicules en libre service sur différents lieux qui maillent l’ensemble de territoire et s’appuyant sur un système de réservation simple et ergonomique)
  • Adapter la tarification des parkings souterrains aux besoins des habitants et pour accompagner la transition vers une mobilité plus durable ;
  • Développer les zones de stationnement payant, là où il peut contribuer à une meilleure rotation des véhicules au profit de certaines activités ;
  • adapter les bâtiments, les jardins et l’espace publics aux personnes à mobilité réduite en libérant les trottoirs, en réparant la voirie, en adaptant les stations de métro, en équipant les bus de plateformes, et les plages d’accès à la mer. 

 

Au-delà des principales mesures citées ci-dessus, le Printemps Marseillais s’engage à élaborer et mettre en œuvre, dès la première année de mandat, un Plan Piéton, co-construit avec l’ensemble des habitants, lequel pourra prévoir des mesures complémentaires pour favoriser la mobilité de tous (par exemple : fermeture des rues devant les écoles aux heures d’entrée et de sortie des élèves ; relier différents espaces verts de la ville pour les coureurs, promeneurs…et en particulier pour nos enfants et nos aînés….).

Partagez

Suivez l'actualité de la campagne

Vous souhaitez être informé de l'avancement de notre campagne, des événements et des actions organisés par le Printemps Marseillais, inscrivez vous à notre newsletter.

Si ce n'est pas déjà fait ... Engagez-vous !